Organes et entrailles du corps

Le Trois Foyers ou Triple Réchauffeur (San Jiao)

  San Jiao (Sān Jiāo; 三焦) est appelé Trois Foyers ou Triple Réchauffeurs, il appartient à l'élément Feu, sa contrepartie Yin est Xin Bao (Péricarde, Enveloppe du Cœur). Bien qu'il soit associé aux entrailles Fu, San Jiao n'est pas en rapport avec un organe précis, mais représente plutôt une fonction. De ce fait, il n'a pas d'équivalent en médecine occidentale. Il y a dans le corps trois foyers : Le foyer supérieur (Shǎng Jiāo; 上焦) qui s'étend du diaphragme à la tête Le foyer médian (Zhōng Jiāo; 中焦) situé entre le diaphragme et le nombril Le foyer inférieur (Xià Jiāo; 下焦) qui s'étend du nombril jusqu'à l'extrémité inférieure du tronc Le Huang Di Nei Jing - 黄帝内经 (Classique interne de l’empereur Jaune) résume le Trois Foyers en disant que "le foyer supérieur agit comme un brouillard. Le foyer médian comme une macération. Le foyer inférieur comme un égout."   Le foyer supérieur…
Lire la suite »
Organes et entrailles du corps

Le Péricarde (Xin Bao) en médecine chinoise

  Le péricarde a souvent été appelé (et l'est encore) "maître cœur" en France. Quoi qu'il en soit, le nom chinois est Xin Bao (Xīn Bāo; 心包) que l'on pourrait traduire par enveloppe (包) du cœur (心). Une telle différence de traduction est vraisemblablement due au caractère Bāo "包", ou au caractère "主" que l'on trouve lorsqu'on parle du méridien du péricarde (心主). L'idée d'enveloppement que le caractère "包" (Bāo) signifie se retrouve dans de nombreux mots de base de la langue chinoise d’aujourd’hui, dont les fameux petits pains fourrés (Bāo Zi; 包子).   La traduction de Xin Bao (心包) par "péricarde" en occident est due à sa ressemblance avec le péricarde de la médecine occidentale. Bien qu'au niveau organique la ressemblance est frappante, elle est moins sur le plan fonctionnel.   Le péricarde en médecine occidentale     Le péricarde est une sorte de sac qui enveloppe et protège le…
Lire la suite »
Organes et entrailles du corps

Ming Men : La Porte de la Vie

 Nous avons vu une partie consacrée à Ming Men (Mìng Mén; 命门) : La Porte de la Vie, dans l'article concernant les différentes fonctions des maintenant l'évolution des théories concernant la Porte de la Vie puis les différentes fonctions de ;Évolution des théories sur Ming men Cette partie sur l'évolution des théories concernant Ming Men, est en majorité une reprise de l'article de 沈自尹 (Shěn Zì Yǐn) publié dans le magazine de médecine chinoise 中医杂志 (Zhōng Yī Zá Zhì). Les deux sections du Nei Jing - 内经 (Classique interne) ne rapportent aucunes références en ce qui concerne la distinction de deux parties du système des reins. C'est l'auteur (traditionnellement attribué à Qín Yuè Rén 秦越人) du Nan Jing - 难经 (Classique des difficultés) qui fera cette distinction pour la première d'abord au chapitre 36 : "Les reins ne sont pas vraiment au nombre de deux, à gauche il y a Shen - 肾 (rein) et…
Lire la suite »
Organes et entrailles du corps

Les reins selon la médecine chinoise

 Les reins (Shèn; 肾) tiennent une place importante en médecine chinoise. Même si tous les organes sont essentiels, certaines fonctions qui s'y rattachent vont bien au-delà du simple aspect "organique" des cela plus en dé;Les reins en médecine occidentale Les reins ont la responsabilité de filtrer le sang des déchets, des toxines, de l'eau absorbée, ainsi que des sels minéraux. Une autre de leur tâche est de réguler l'acidité du sang en sécrétant des sels alcalins en fonction des besoins. Ils ont également des fonctions hormonales et de régulation de la ;Les reins en médecine chinoise Les reins, organes Yin, sont les contrôleurs du métabolisme de l'eau. Dans la dualité Yin - Yang, ils appartiennent avec la vessie à l'élément "Eau".Selon la médecine chinoise, leurs fonctions sont de :Stocker le Jing (Essence) et gouverner la reproduction, la croissance et le développementGouverner l'eauProduire la moelle, remplir le cerveau, contrôler les os et produire…
Lire la suite »
Organes et entrailles du corps

La vessie selon la médecine chinoise

  La vessie (Páng Guāng; 膀胱), comme la plupart des organes et entrailles selon la médecine chinoise, a des fonctions plus étendues qu'en médecine occidentale. Certes, elle stocke les liquides mais pas seulement, loin de là. Voyons d'abord comment est perçue la vessie en médecine occidentale puis en médecine chinoise.   La vessie en médecine occidentale   La vessie est l'organe du système urinaire dont la fonction est de recevoir l'urine terminale produite par les reins puis de la conserver avant son évacuation au cours de la miction. L'urine arrive dans la vessie par les uretères, et est émise via l'urètre. Le remplissage maximal habituel de la vessie est d'une capacité physiologique de 400 à 700 mL chez l'adulte. Au-delà, son remplissage est pathologique et la vessie peut acquérir une forme de globe, d'où le nom de globe vésical. De manière physiologique, la contenance de la vessie est en moyenne…
Lire la suite »
Organes et entrailles du corps

L’intestin grêle en médecine chinoise

 En médecine chinoise, l'intestin grêle (Xiǎo Cháng; 小肠) a lui aussi un rôle de transformation des aliments et des boissons qu'il reçoit de l'estomac. Voyons d'abord l'intestin grêle du point de vue de la médecine occidentale puis ;L'intestin grêle selon la médecine occidentale L'intestin grêle est la partie de l'appareil digestif humain située entre l'estomac et le gros intestin (côlon). Il comprend un segment fixe, le duodénum, suivi de deux segments mobiles intrapéritonéaux, le jéjunum puis l'iléum. C'est dans l'intestin grêle que se déroule l'absorption intestinale,Le glucose, les acides aminés, les acides gras à courte chaîne et le glycérol passent de la lumière intestinale aux vaisseaux acides gras à longue chaîne et les triglycérides (reconstitués par la paroi des entérocytes après digestion des triglycérides alimentaires) passent dans les vaisseaux 'eau, les sels minéraux et les vitamines quant à eux peuvent passer dans les deux types de : Wikipédia L'intestin grêle en médecine chinoise Nous…
Lire la suite »
Organes et entrailles du corps

Le coeur selon la médecine chinoise

 Le cœur (Xīn Zàng; 心脏 ou simplement : Xīn; 心) en médecine chinoise a quelques fonctions qui concordent avec la vision occidentale, mais le reste d'entre elles sont bien différentes. Le cœur est représenté comme "le monarque", l'empereur de tous les Zangfu (organes et entrailles).   Le cœur selon la médecine occidentale Le cœur est un organe creux et musculaire qui assure la circulation du sang en pompant le sang par des contractions rythmiques vers les vaisseaux sanguins et les cavités du corps. Le cœur est le « moteur », la pompe du système circulatoire. Le cœur est un muscle creux dont les cellules, les cardiomyocytes, sont mono-nucléées . Le système valvulaire est fibreux et acellulaire. L'intérieur des cavités cardiaques est tapissé d'endocarde, un épithélium vasculaire. La surface du cœur est recouverte d'épicarde, sous lequel cheminent les artères coronaires, les veines du cœur et les fibres nerveuses innervant le muscle.   Source…
Lire la suite »
Organes et entrailles du corps

L’estomac selon la médecine chinoise

  Sur le plan des méridiens, nous savons que le méridien de l'estomac et celui de la rate sont couplés. L'estomac est étroitement connecté avec la rate puisqu'il a pour tâche d'aider celle-ci dans ses fonctions de transformation et de transportation. Pour voir la différence entre la vision occidentale et la conception chinoise de l'estomac, commençons d'abord par voir comment la médecine occidentale décrit l'estomac.     L'estomac selon la médecine occidentale   L'estomac est une poche souple (portion du tube digestif) située entre l’œsophage et le duodénum. Il est entouré de muscles et est sous le diaphragme. Chez l’être humain, l’organe est en forme de J majuscule, à l’âge adulte il fait 15 cm de haut. Il contient 50 ml à vide, et peut contenir jusqu’à 4 litres de nourriture qui, après avoir été mâchée dans la bouche, rejoint l'estomac et passe par l’œsophage. Selon sa nature, le bol alimentaire peut séjourner…
Lire la suite »