Tag archives for coyances/mythologies

Culture et mythologie chinoise

Le Shanhaijing (Livre des monts et des mers)

Le Shanhaijing 山海經, Livre des monts et des mers ou Classique des montagnes et des mers est un recueil de données géographiques et de légendes de l’antiquité chinoise composé entre les Royaumes combattants et les Han. Ses éditeurs principaux, Liu Xiang1 et son fils Liu Xin2 des Han occidentaux, l’attribuèrent à Yu le Grand ou à son assistant Bo Yi3. C’est la source principale des mythes chinois anciens encore très populaires. Lu Xun a évoqué dans Achang et le Shanhaijing 4 le plaisir que lui en procura la lecture dans son ;ÉvolutionLa version actuelle est essentiellement celle des Han, commentée sous les Jin par Guo Puzeng (276-324)5 puis sous les Qing par Bi Yuan (1730-1797)6 (Shanhaijingjiaozheng 7) et He Yixing8 (Shanhaijingjianshu 9). Certains estiment que des éléments pourraient encore avoir été ajoutés à l‘ensemble du temps de Guo Shanhaijing contenait à l’origine des illustrations encore connues au IVe siècle, puisque Tao…
Lire la suite
Culture et mythologie chinoise

L’enfer de la mythologie chinoise : Di Yu

 Diyu ou Di Yu (chinois traditionnel : 地獄, chinois simplifié : 地狱, Hanyu Pinyin : Dìyù, Wade-Giles : Ti-yü, japonais : 地獄, jigoku, littéralement « Prison sous terre ») est le royaume des morts ou l'Enfer de la mythologie chinoise. Basé sur le concept bouddhiste de Naraka combiné aux croyances traditionnelles chinoises concernant l'au-delà, le concept de Di Yu incorpore des idées taoïstes, bouddhistes et issues de la religion populaire. C'est un lieu de purgatoire où les âmes sont purifiées en vue de leur réincarnation. Beaucoup de déités, dont les noms et les fonctions varient selon les traditions, y sont lié Yu est dirigé par Yanluowang, le roi de l'Enfer. C'est un gigantesque labyrinthe composé de nombreux niveaux souterrains et de chambres où les âmes sont emmenées pour se faire pardonner leurs péchés sur Terre. Le nombre exact de niveaux, et donc le nombre de déités qui y sont associés, diffère selon la perception bouddhiste ou taoïste.…
Lire la suite
Culture et mythologie chinoise

Principe fondamental de l’univers

  Voici l'explication de l'énergie Qi selon la cosmologie chinoise, certaines théories de la cosmologie sont différentes ou n'existent pas dans la médecine chinoise. Par conséquent, les deux ne doivent pas être mélangées. Notons la ressemblance avec les théories scientifiques sur la création de l'univers comme le Big Bang, puis la création des planètes à partir du mélange poussières/gaz.   Le qi est aussi un principe fondamental et unique, qui donne à l'univers et aux êtres leur forme, tout en les transformant sans cesse. Il circule indifféremment dans les choses et les êtres, les reliant en permanence. Dans la cosmologie chinoise le qì pré-existe à l'émergence du yin et du yang, deux aspects de ce souffle qui vont en se combinant permettre la formation des dix-milles êtres (wànwù万物), c'est-à-dire des êtres et des objets de l'univers. Au premier moment du cosmos existe une forme indifférenciée nommée wújí (無極), durant lequel…
Lire la suite
Culture et mythologie chinoise

Le mythe et dieu taoïste Pangu

  Pangu (Pángǔ; 盘古) est un mythe et est aussi un dieu dans la religion taoïste. Il n'avait pas de temple dédié à lui seul car il fait partie des Trois Purs (Sanqing; 三清) qui sont 3 dieux représentant, selon le taoïsme, les trois principes suprêmes. Pangu est donc représenté principalement avec les 2 autres dieux. Il porte bien souvent une tunique de maître taoïste et tient dans sa main la perle qui symbolise le chaos originel. Il peut parfois avoir l’apparence de Shennong (le patron des agriculteurs) mais aussi d'un homme primitif. Ce n'est qu'à la fin des années 70 (à la fin de la révolution culturelle où plus de tolérance envers les religions fut permise) que furent érigé des temples dédiés seulement à Pangu.   La légende de Pangu   Plusieurs variantes de la légende existe, en voici l'une d'entre elles:   Au commencement, il n'y avait que le chaos.…
Lire la suite
Culture et mythologie chinoise

Les funérailles chinoises

    Les funérailles en Chine peuvent être un peu difficiles à comprendre car, comme j'expliquais dans l'article sur la religion traditionnelle chinoise, la célébration peut varier selon les provinces. Elles regroupent par ailleurs des éléments appartenant au Taoïsme, Confucianisme, Bouddhisme, à la religion populaire locale, au culte des ancêtres. Ajoutez à cela une couche d'idéologie communiste et vous obtenez quelque chose d'assez compliqué.   Les enterrements en Chine   Traditionnellement les chinois enterraient les morts, une fois le communisme en place, Mao enleva cette tradition au profit de la crémation. Selon le Grand Timonier, L'inhumation des corps était perçue comme un gaspillage des terres (alors qu'on pourrait les utiliser pour cultiver) et les cercueils un gaspillage du bois. De nos jours, le gouvernement chinois dissuade les gens d'inhumer un mort si bien que la crémation reste la norme dans toutes les villes. Comme toujours, les villages arrivent souvent à…
Lire la suite
Culture et mythologie chinoise

Qingmingjie : La fête du nettoyage des tombes

  En ce début avril, les Chinois ont fêtaient la fête des Morts (ou fête du nettoyage des tombes), elle est appelée en Chine "Qing Ming Jie" (Qīng míng Jié; 清明节). Cette année, le jour de la fête des Morts est tombé le 4 avril, mais comme toutes les fêtes traditionnelles chinoises, elle n'est pas chaque année à la même date, elle est cependant toujours autour du 5 avril.   L'origine de la fête des Morts en Chine   La  fête moderne prend ces origines dans la coutume Hanshi (寒食节). Cette dernière démarre un jour avant Qingmingjie et est célébrée pendant trois jours consécutifs. Elle est également célébrée en Corée et au Vietnam. Son nom signifie "le jour où on mange froid" et est un jour en mémoire de Jie Zi Tui (介子推). Jie Zi Tui mouru en 636 avant pendant la période des printemps et automnes. Il était un…
Lire la suite
Culture et mythologie chinoise

La fête des lanternes

  Aujourd'hui nous sommes le 15ème jour du nouvel an chinois, c'est à dire le dernier jour (en 2014 la fête des lanternes tombe le même jour que la Saint Valentin occidentale).   La fête des lanternes (dernier jour du nouvel an chinois)     15 jours après le début du nouvel an chinois, la fête des lanternes annonce la fin de la fête du printemps (nouvel an chinois). La fête des lanternes ( yuánxiāojié: 元宵节 ), où la lumière est reine, clôt le cycle des festivités du Nouvel An chinois. Fête nocturne, on la nomme d'ailleurs parfois "petit Nouvel an" (xiaoguonian 小過年). La population (de nos jours, surtout les enfants accompagnés de leurs parents) sort pour une promenade à la nuit tombée, une lanterne à la main. Bien que les modèles traditionnels (huadeng 花燈) en papier illuminés à la bougie gardent leurs adeptes, on en trouve de plus en…
Lire la suite

Le jour du nouvel an chinois

Le nouvel an chinois du début à la fin, dure 15 jours. Le premier jour commence officiellement à minuit et est dédié à la bienvenue des divinités des cieux et de la terre. Beaucoup de gens, surtout les bouddhistes, s'abstiennent de consommer de la viande le premier jour parce que la croyance veut que cela assurera la longévité.Le premier jour du nouvel an est aussi et surtout le moment de rendre visite aux aînés de la famille et belle famille. C'est habituellement les parents, grands parents ou arrière grands nos jours, il est aussi très commun que la famille reste chez elle à regarder la télévision toute la journée.   A partir du premier jour, toutes les familles affichent sur leur porte d'entrée : - deux "Dui Lian", qui sont deux bandes habituellement accrochées de chaque côtés de la porte. - un "Fu Zi", qui est au départ un caractère…
Lire la suite
12