Culture et mythologie chinoise

Zaowangye : dieu du fourneau et de la maisonnée

  Zaowangye 灶王爺 (encore appelé Zaojun 灶君, Tao quan ou Dieu du fourneau en français) est un dieu de la religion traditionnelle chinoise dont l'effigie en papier, parfois accompagnée de celle de sa femme, est collée sur le mur au-dessus des fourneaux dans la cuisine. Son rôle est de surveiller les faits et gestes des membres de la maisonnée et d'en faire un rapport au dieu suprême (Tiandi l'"Empereur céleste" ou Yuhuangdadi l'Empereur de jade) une fois par an. Il est aussi honoré au Viêt Nam sous le nom de Táo Quân (灶君).   Histoire Déjà dans le Liji, "Livre des rites" datant des Royaumes combattants, le culte du fourneau est mentionné parmi les sept que doit rendre le roi, et les deux rendus par le peuple, avec celui de la porte. Il est décrit comme très frugal et sans pompe (un "rite de vieille femme"), mais absolument indispensable pour…
Lire la suite »
Culture et mythologie chinoise

Chenghuang : le dieu de la ville

  Chenghuang (chinois: 城隍 ; pinyin: chénghuáng ou 城隍爺 chénghuángyé; « dieu de la ville ») est dans la religion traditionnelle chinoise une déité qui veille en maire ou préfet au bon ordre terrestre et infernal de sa circonscription, dont l'étendue peut varier d'un quartier à une ville ou un comté. Il existe donc une multitude de chenghuang. Ces dieux occupent le niveau le plus élevé de l'ensemble des fonctionnaires territoriaux divins, juste au-dessus des « dieux du sol » (tudigong). Le chenghuang exerce également des fonctions judiciaires.   Origine   La première mention d'un « temple de la ville » (城隍廟 chénghuángmiào, littéralement : «  temple de la muraille et des douves  ») date des Trois royaumes (239 à Wuhu dans la province de l’Anhui). Le culte, ainsi que les représentations personnifiées du dieu, se sont généralisés sous les Tang. C'est à partir de cette période que les différents Chenghuangye reçurent des titres de l'administration impériale, comme il est…
Lire la suite »
Culture et mythologie chinoise

L’empereur du nord (Bei Di)

  Bei Di (chinois : 北帝; pinyin : běi dì, cantonais : Pak Tai, empereur du Nord) est un dieu taoïste. C'est un des Cinq empereurs qui depuis les Han sont associés chacun à un orient (nord, sud, est, ouest et centre) selon la théorie des cinq éléments, et l'une des formes de Zhenwudadi. A Hong Kong et Macao, ils sont considérés comme des divinités du vent. Pak Tai est de plus dieu des eaux, élément associé au Nord comme la couleur noire. Son animal totem est la tortue noire. Les chinois célèbrent son anniversaire le 21 avril.  
Lire la suite »
Culture et mythologie chinoise

Quatre Majestés

    Les Quatre Majestés ou Siyu 四御 sont quatre divinités du panthéon des principales écoles taoïstes. Placés directement sous les trois Purs ou l’Empereur de jade, ils représentent les quatre domaines de l’univers. Leur identité et la répartition de leurs compétences ont varié avec les écoles et les époques. L’Empereur de jade fut l’un d’entre eux jusqu’aux Song ; il fut alors promu émanation des Trois Purs et placé devant eux. Dans le taoïsme Quanzhen de Chine populaire, il a retrouvé sa place dans le groupe et occupe donc deux fonctions : émanation des Trois Purs et premier des Quatre Majestés.         Les quatre majestés sont : L’Empereur de jade ; il représente les dieux qu’il dirige. Il est fêté le 9 du 1er mois lunaire Ziweibeiji dadi 1, Empereur du pôle céleste nord, a son siège dans l’étoile Ras Algethi au centre du zodiaque chinois, appelée « trône » 2. Il…
Lire la suite »
Culture et mythologie chinoise

Les trois gouverneurs

  Les Trois gouverneurs du Ciel, de la Terre et des Eaux (Sanguandadi 三官大帝) sont trois dieux taoïstes de l’École des cinq boisseaux de riz fondée sous les Han Orientaux par Zhang Daoling1. Les rites au Ciel, à la Terre et aux Eaux étaient à l'origine selon le Liji un privilège royal. À l'époque des Dynasties du Nord et du Sud, ces trois dieux se sont confondus avec trois autres divinités régissant chacune un tiers de l’année, dits shangyuan, zhongyuan et xiayuan2 (tiers supérieur, médian et inférieur).   Le gouverneur du Ciel (Tianguan 天官), mandarin céleste du premier degré, régit le premier tiers de l'année et supervise les divinités célestes. Il est identifié à la divinité stellaire Ziwei (紫微), personnification du zodiaque chinois. Son anniversaire est le 15 du premier mois lunaire, devenu Fête des lanternes. Le gouverneur de la Terre (Diguan 地官), mandarin céleste du 2e degré, régit le…
Lire la suite »
Culture et mythologie chinoise

Les nouilles qui traversent le pont

  Les "nouilles qui traversent le pont" (过桥米线) est un plat typique et célèbre de la province du Yunnan dont nous avons déjà parlé.   Qu 'est-ce que ce plat ?   Comme son nom l'indique il y a des nouilles, mais pas seulement. Il s'agit tout d'abord d'un pot en terre cuite de soupe bouillante sur laquelle flotte une mince couche d’huile. Cette soupe est à base de poulet, de canard ou de travers de porc. A côté de la soupe, il y a un plat contenant des morceaux de poulet et ou de porc, des tranches très fines de jambon, un autre avec des légumes crus et quelques œufs de cailles, et un dernier avec les nouilles qui sont des nouilles de riz. Le tout est servi sur un plateau, lorsque celui-ci est déposé sur la table la soupe est encore frémissante. Cela est important car il faut…
Lire la suite »
Culture et mythologie chinoise

L’Empereur de jade

  L'Empereur de jade ou Yuhuang Dadi 玉皇大帝 est un dieu chinois d'origine taoïste qui régit les autres dieux, lié au Ciel et à la souveraineté. Il assure en fait cette fonction en concurrence avec Tiangong, le Seigneur du ciel, divinité beaucoup plus ancienne qu'il tend à absorber ; Tiangong1 devient alors une de ses appellations. Comme tous les dieux importants, il possède d'autres noms moins courants, titres donnés par le clergé taoïste ou l'administration impériale. Il est souvent confondu avec le Vénérable Céleste de l'Origine Première (元始天尊 Yuanshi Tianzun), la divinité suprême de la triade taoïste, mais il est couramment admis qu'il est une divinité indépendante de ce dernier, car les hommes lui préfèrent l'Empereur de Jade : dans les pagodes, nous trouvons le plus souvent (元始天尊 Yuanshi Tianzun) comme première personne de la triade taoïste, mais en pratique, c'est presque toujours à l'Empereur de Jade (玉皇 Yuhuang) que l'on attribue…
Lire la suite »
Culture et mythologie chinoise

Le dieu du sol

  Le Dieu du sol (littéralement « seigneur du sol ») tudigong 土地公 est un dieu chinois d'influence locale qui veille à la façon d'un fonctionnaire sur le bien-être des habitants. On peut aussi demander sa protection pour voyager en sécurité et en paix. Il en existe ainsi autant que de communautés territoriales, certains gouvernant des lieux non habités tels que des surfaces de culture ou des cimetières. Il est vu comme un administrateur bienveillant et intègre, d'où son titre officiel de « Dieu juste du bonheur et de la vertu » (Fudezhengshen 福德正神). On va le prier dans toutes les occasions importantes (mariages, naissances, déménagements, début de l'année etc.), ou quand le besoin s'en fait sentir, dans ses temples (tudimiao 土地廟) souvent flanqués d'un arbre, mais il s'agit parfois de simples oratoires, qui peuvent prendre dans les cimetières la forme d'une stèle ou d'une tombe (ethnie Hakka). Lorsqu'est construite une nouvelle maison on…
Lire la suite »