Les chinois et asiatiques en général ne refusent pas, ils ne diront pas un « non » catégorique. Ils utiliseront des moyens de contourner la question ou tourner autour du pot.

 

Les long repas de business chinoisCe comportement est particulièrement vrai dans le cas où vous ne connaissez pas ou pas beaucoup votre interlocuteur. Notamment lorsqu’on essaie de faire des affaires avec eux ou lorsqu’on demande quelque chose à un chinois qui n’est pas de notre famille ou qu’on ne connais pas suffisamment.

Autant dire que pour avoir une réponse franche ce n’est pas évident.

 

Si vous vous obstinez à avoir une réponse nette et précise: « oui » ou « non », un(e) chinois(e) vous répondra « peut être » ou si vous lui demandez un service: « je ferai de mon mieux ». Cela permet de ne pas fermer la réponse.

Généralement, lorsque on entends « je ferai de mon mieux », il faut comprendre cette réponse comme un « non ».

 

Dans le monde des affaires, cela peut être plus délicat car le chinois ne veut surtout pas froisser l’interlocuteur avec un « non ». Par exemple: si un étranger demande une quantité importante de marchandises qui doit être livrée à une date précise, le chinois répondra certainement « oui » tout en sachant qu’il ne pourra pas respecter le délai.

Dans ce cas, cela sera un « oui » gêné de circonstance (pour ne pas perdre la face) qui faudra comprendre comme un « non » ou comprendre qu’il y a un problème. Il ne faudra donc pas prendre au pied de la lettre ce « oui ».

De nombreuses entreprises étrangères ont été confrontées à ce problème et nombre d’entre elles ont par la suite mis fin à leur  partenariats.

 

Pour ceux qui souhaitent avoir des conseils, voici un autre article pour communiquer en Chine quand on ne parle pas chinois.

 

 

 



1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (4 votes, moyen: 4,25 sur 5)
Loading...


mini cours de diététique chinoiseLa boutique du blog